leslie.tedgui@moovone.fr

Leslie Tedgui

CMO
22 Jan 2016, COACHING
Temps de lecture: 3 minutes

Nathalie Ducray, coach MoovOne certifiée
Reading Time: 3 minutes

Chaque semaine nous vous présentons un consultant-partner MoovOne. Aujourd’hui, Nathalie Ducray revient sur son parcours et explique pourquoi elle a choisi de participer à l’aventure MoovOne.

Pouvez-vous nous donner quelques détails sur votre parcours ?

Après une école de commerce (l’Edhec), j’ai mené ma première carrière dans l’activité commerciale BtoB en tant qu’ingénieur grands comptes et directeur des ventes en région, et marketing, dans le domaine des technologies des médias : France Télécom département audiovisuel, Canal + Technologies, et TDF. J’ai découvert un peu plus tard que ma passion pour l’être humain, les mystères de l’alchimie relationnelle et la magie du fonctionnement des groupes pouvait trouver une application professionnelle à travers le coaching.
Je me suis donc formée au coaching individuel à travers l’approche du  « Coaching Co-Actif » de CTI, et au coaching d’équipe à travers ORSC (Coaching systémique des relations et organisations), ainsi qu’à quelques autres approches comme le co-développement, le MBTI et récemment DISC avec MoovOne!

Avez-vous remarqué au cours de votre carrière des lacunes ou des paradoxes?

Dans les environnements dans lesquels j’ai pu travailler avant ma carrière de coach, j’ai été frappée par plusieurs choses :

  •  La plupart des managers se retrouvent managers sans avoir appris à l’être. La formation « classique » est peu efficace en matière de management puisque le manager doit s’appuyer en premier sur les personnalités: on ne manage pas de la même façon selon qui on est, mais aussi selon qui on manage. Les principales compétences à développer sont de ma perspective liées à l’intelligence émotionnelle, relationnelle et situationnelle. Le coaching est un levier clé pour les acquérir.
  • L’autre apprentissage clé de ma carrière de cadre en entreprise a été l‘importance de la relation humaine dans le succès/les échecs de projets. J’évoluais dans des environnements techniques mais la plupart du temps les problèmes émergeaient du manque de communication, du manque de compréhension de de l’autre, de lutte de pouvoir, et de rivalités non-constructives (qui à fait quoi à qui etc.)

 

Ces deux éléments ont contribué à la création de FORSC en France avec mon associé Patrice Birot, et sa continuité avec FORSC limited dans ma nouvelle vie en Angleterre, autour d’une même vision du coaching : adopter une approche systémique, coacher la relation, avec soi-même et avec les autres, telle est ma principale philosophie de coaching.

Pourquoi avez-vous choisi de travailler avec MoovOne?

L’approche Moovone est cohérente avec ma vision du coaching comme levier pour les managers, et je perçois en quoi le mix  « train & coach » peut être pertinent pour certains managers. J’apprécie toutefois la liberté qui nous est donnée de pouvoir doser le training et le coaching selon notre perception de ce qui sert au mieux la personne accompagnée.
La démocratisation du coaching par la distance et le packaging d’offres abordables répondent à mon souhait de démultiplier l’impact de l’accompagnement personnalisé au-delà d’une élite.
Enfin le coaching à distance est aligné avec ma vie personnelle qui m’amène aujourd’hui à vivre à Londres, et me permet d’atteindre l’équilibre vie privée/vie pro auquel j’aspire avec mes 3 enfants, et mon cher et tendre !
Et, last but not least, j’aime bien la family Manoukian et l’énergie amenée par ce fougueux trio !

Avez-vous des retours des personnes que vous accompagnez ?

Oui, bien sûr, et le meilleur feed-back est lorsqu’ils rassemblent leurs prises de conscience et revisitent leurs objectifs de début de coaching en mesurant leur avancement avec satisfaction… Sachant que ce n’est jamais un 100%, ce qui serait un échec, car le coaching est pour moi une ouverture à plus, le début d’un chemin vers un épanouissement personnel et professionnel qui évolue au fur et à mesure de la vie de chacun.

Un grand merci à Nathalie Ducray pour son témoignage.